Qu’est ce que le Réchauffement Climatique?

Les glaciers fondent, le niveau de la mer monte, les forêts ​​meurent et la faune se démène pour suivre le rythme. Il devient évident que les êtres humains ont causé le réchauffement du siècle dernier en libérant des gaz “piégeant la chaleur” dans notre atmosphère pour alimenter nos vies modernes. Appelés gaz à effet de serre, leurs niveaux sont plus élevés qu’au cours des 650 000 dernières années. L’un des plus connus est le dioxyde de carbone appelée CO2.


Le Changement Climatique

Nous appelons le résultat le réchauffement de la planète, mais cela provoque un ensemble de changements dans le climat de la Terre ou dans les conditions météorologiques à long terme, qui varient d’un endroit à l’autre. Au fur et à mesure que la Terre tourne chaque jour, la nouvelle chaleur tourbillonne avec elle, ramassant de l’humidité sur les océans, la soulevant d’un côté pour la déposer d’un autre. Cela change les rythmes du climat sur lequel toutes les choses vivantes ont fini par s’appuyer. A tort on peut penser que quelques degrés de plus à l’autre bout du ne nous impacterons pas, mais le climat de la terre est une mécanique compliquée avec des causes et conséquences inattendues.

Que ferons-nous pour ralentir ce réchauffement? Comment allons-nous faire face aux changements que nous avons déjà mis en marche? Tandis que nous luttons pour tout comprendre, la face de la Terre telle que nous la connaissons – les côtes, les forêts, les plaines et les montagnes enneigées – est en jeu.


Gaz à Effet de Serre

L’effet de serre est le réchauffement qui se produit lorsque certains gaz de l’atmosphère terrestre emprisonnent de la chaleur. Ces gaz laissent passer la lumière mais empêchent la chaleur de s’en échapper, comme les parois vitrées d’une serre.

Tout d’abord, la lumière du soleil brille à la surface de la Terre, où elle est absorbée, puis retourne dans l’atmosphère sous forme de chaleur. Dans l’atmosphère, les gaz à effet de serre retiennent une partie de cette chaleur et le reste s’échappe dans l’espace. Plus il y a de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, plus la chaleur est piégée.

Les scientifiques connaissent l’effet de serre depuis 1824, date à laquelle Joseph Fourier a calculé que la Terre serait beaucoup plus froide s’il n’y avait pas d’atmosphère. Cet effet de serre est ce qui maintient le climat de la Terre habitable. Sans elle, la surface de la Terre serait en moyenne d’environ 15 degrés Celsius (15°C).

En 1895, un chimiste suédois a découvert que les humains pouvaient renforcer l’effet de serre en fabriquant du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre. Il a lancé 100 ans de recherche sur le climat, ce qui nous a permis de mieux comprendre le réchauffement climatique.

Les niveaux de gaz à effet de serre (GES) ont augmenté et baissé au cours de l’histoire de la Terre, mais ils ont été relativement constants au cours des derniers millénaires. Les températures moyennes mondiales sont restées relativement stables au cours de cette période, jusqu’à la période industrielle de l’Homme. En brûlant des combustibles fossiles, comme par exemple le pétrole et le charbon, l’homme renforce l’effet de serre et réchauffe la Terre.

Les scientifiques utilisent souvent le terme «changement climatique» au lieu du réchauffement climatique. En effet, lorsque la température moyenne de la Terre monte, les vents et les courants océaniques déplacent la chaleur autour du globe de manière à refroidir certaines zones, réchauffer d’autres et modifier la quantité de pluie et de neige qui tombe. En conséquence, le climat change différemment dans différentes zones.


Les changements de température ne sont-ils pas naturels?

La température moyenne mondiale et les concentrations de dioxyde de carbone (l’un des principaux gaz à effet de serre) ont fluctué selon un cycle de plusieurs centaines de milliers d’années, la position de la Terre par rapport au soleil ayant varié. En conséquence, les périodes glaciaires sont passées et disparues.

Cependant, depuis des millénaires, les émissions de GES dans l’atmosphère ont été compensées par des GES naturellement absorbés. En conséquence, les concentrations de GES et la température ont été relativement stables. Cette stabilité a permis à la civilisation humaine de se développer dans un climat constant.

Parfois, d’autres facteurs influencent brièvement les températures globales. Les éruptions volcaniques, par exemple, émettent des particules qui refroidissent temporairement la surface de la Terre. Mais ceux-ci n’ont aucun effet durable au-delà de quelques années. D’autres cycles, tels que El Niño, fonctionnent également sur des cycles assez courts et prévisibles.

Les humains ont augmenté la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère de plus d’un tiers depuis la révolution industrielle. Les changements de cette ampleur ont toujours pris des milliers d’années, mais ils se produisent maintenant au cours des décennies.


Pourquoi le changement climatique est une préoccupation?

L’augmentation rapide des gaz à effet de serre est un problème car elle modifie le climat plus rapidement que certains êtres vivants ne peuvent s’adapter. En outre, un climat nouveau et plus imprévisible pose des défis uniques à toute vie qu’elle soit humaine ou animale.

Historiquement, le climat de la Terre a régulièrement oscillé entre les températures actuelles et les températures suffisamment froides pour que de grandes couches de glace recouvrent une grande partie de l’Amérique du Nord et de l’Europe. La différence entre les températures mondiales moyennes actuelles et pendant ces périodes glaciaires n’est que d’environ 5 degrés Celsius (9 degrés Fahrenheit) et ces variations se produisent lentement, sur des centaines de milliers d’années.

Maintenant que les concentrations de gaz à effet de serre augmentent, les couches de glace restantes de la Terre (comme le Groenland et l’Antarctique) commencent également à fondre. L’eau supplémentaire pourrait potentiellement augmenter le niveau de la mer de manière significative.

 


Conclusion

À mesure que le mercure augmente, le climat peut changer de manière inattendue. En plus de l’élévation du niveau de la mer, le temps peut devenir plus extrême. Cela signifie des tempêtes majeures plus intenses, des pluies plus fortes suivies de sécheresses plus longues et plus sèches (un défi pour les cultures), des changements dans la distribution des plantes et des animaux et une perte d’eau provenant des glaciers. C’est une véritable redistribution géographique qui nous attend rapidement.

Laisser un commentaire